Découvrez la Vallée

Au delà de ces peintres, la vallée-atelier, entre Berry et Limousin, a inspiré de nombreux artistes...

Les paysages autour de cette rivière sont spectaculaires. En outre elle passe dans le village de Gargilesse à 10 km d’Argenton, puis au lac de Chambon et à son extrémité à Crozant.

Tout au long du parcours de cette rivière, elle forme un arc-en-ciel de couleurs remarquables. Les vallées encaissées, promontoires rocheux, bruyères, genêts, ajoncs, sont autant de sources d’inspirations pour les artistes qui viendront s’y établir.

L’histoire de la vallée des peintres est liée à l’histoire de la peinture en plein air ; elle en est l’application. Elle connaît un véritable essor à partir de 1816 avec le Prix de Rome du paysage historique. Dès le XIXè siècle on assiste à un véritable engouement pour la peinture de paysage pour des vues longuement réfléchies en atelier. C’est alors qu’une nouvelle démarche paysagiste voit le jour : la peinture de plein air sur le motif.

Les trois facteurs historiques qui ont favorisé l’essor d’une école de paysagistes en Creuse :

- L’invention des tubes de peinture qui permet le travail en extérieur
- Les progrès accomplis pour le réseau ferroviaire qui place la Creuse à portée de Paris
- George Sand, véritable ambassadrice du Limousin.

En découvrant Crozant, George Sand est subjuguée. A travers sa plume, elle dévoile la beauté des sites sauvages et attire les artistes de la capitale. Ils viennent s’essayer à cette vallée riche, variée, aux couleurs changeantes. Les peintres viennent chercher des émotions nouvelles, libérés des contraintes de l’atelier, avec la mise au point des tubes de peinture.
Dès le milieu du XIXe siècle, grâce au chemin de fer, ces impressionnistes en quête de « peinture en plein air » plantent leurs chevalets sur les rives de la Creuse, de la Gargilesse, de la Petite Creuse et de la Sédelle. Ainsi viennent Jules et Victor Dupré, Théodore Rousseau, Constant Troyon…

La Vallée de la Creuse connaît un véritable engouement et attire de grands maîtres, tel Claude Monet à Fresselines, qui a fait de cette vallée un haut lieu de l’Impressionnisme. Lui succède Armand Guillaumin à Crozant qui est devenu le chef de file des peintres de la Vallée.
Le poète Maurice Rollinat, lui aussi charmé, s’installe à Fresselines. Jusque dans les années 1930, les postimpressionnistes, tels Fernand Maillaud et Léon Detroy, ou les expressionnistes, avec Anders Österlind et Emile-Othon, jusqu’à l’avant-gardiste Francis Picabia, continuent de fréquenter ces sites jamais épuisés.

Ces tableaux entre Berry et Limousin sont exposés dans les musées du monde entier, Paris, Copenhague, Genève, Cambridge, Boston, Philadelphie, New York, Chicago… Aujourd’hui le paysage a évolué, une nouvelle vallée s’invente tout en conservant son charme, sa beauté et sa nature préservée.

Téléchargez la plaquette touristique.